infimes 73

contre le vent d’après l’hiver
quoi tournoie de la parole
des mots encore d’elle sonnent

on déclame de hautes tropes et puis
fausses souvent et puis ni tohu ni bohu
tout va à la poussière

dire ni qui parlait ne sont plus.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :