infimes — 76

pour Francis , in memoriam.

à nul l’oiseau ne peut
dire ni comme ni pourquoi
ses ailes de haut-vol tremblent parfois

— à peine ses routes de vent
laissent-elles voir là-bas voir — qui brûlent les yeux
— des traces de pas posées sur un banc de sable

— au mitan du fleuve leur éblouie s’envole.   éblouissant quelques  quelles  — ce sont larmes.

 


One response to “infimes — 76

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :