irrégulières — 4

sous un ciel bleu de soir
on ouvre les voies et l’hiver
d’un seul coup d’archet lancé là
au lieu exact soudain d’un son plus haut de soi

et le vent tourne autour du temps
nul ne sait où il va nul ne sait
comme dormir peut être hors de soi
simple forme noire jetée sous les arches

d’un pont d’une place la nuit.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :