irrégulières –5

au creux du silence que fait
le point du jour  un feu sans flamme
le commun porche parcouru
de quoi ou qui s’éveille au cri

et cela chante bas — chœur irréel

au plus nu des ombres
un accord juste seul comme possible
on suspend des songes la note
au bruit que font dans les charmilles

tous les oiseaux  — l’aile du temps.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :