infimes — 99

à peine reste-t-il
ici le soir d’où tout procède
du jour on s’éloigne

un respir apaisé

pas-à-pas la nuit où mène
le vif-argent qui scintille et s’écoule
puis explose au sol qu’il constelle

d’éclats ombreux mais de quelle lumière


One response to “infimes — 99

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :