infime — 111

autour de toi ce sont
des spirales et des cercles
le matin bleu sillonné
de quelle joie plus vraie

les martinets noirs et le ciel d’été
et puis la nuit bientôt qui revient
même brève et mêlée de brume
elle va où forger son silence.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :