nulle part 8

comme un bris tout soudain
par quoi la nuit s’est ouverte
l’air coupe — une vitre étoilée
la nuit s’est ouverte
s’ouvre le temps des gels
les mains nues saignent
au contact des souffles
figés jetés sur le verre
noir lui aussi derrière quoi sans mesure

derrière quoi on nul ne voit plus trop qui
avance lentement et sans mesure.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :