nulle part 9

quelle la route
là-bas sous les voiles
qui tendent de rouge
l’avant-jour
on a perçu l’un
puis l’autre puis chaque
pas suspendu
dessus les eaux  du poème

qui n’était pas avant le dire
moins vaste que sa nuit.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :