nulle part 16

là-bas
le lointain
et peut-être un
seuil l’horizon dernier
derrière quoi les arbres plus sombres
plus denses que le gris
que rien ici ne perce
adressent la limite

aux voix qui déjà amuïes
parmi rien viennent nues se perdre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :