nulle part 23

dessus les ombres quelle
nuit plus dense infinie
ouvre ce qu’elle est
au gestes plus pauvres
de qui passait là sans
savoir outre le souffle
outre le pas le soir
faire halte

les yeux encore ouverts
mais sur quoi de leur nuit.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :