nulle part 37

la nuit et l’hiver
on va devant demeure soi
les mains ouvertes
mais sans plus d’espoir
— qu’un don vienne
ici combler ce que les gels froid
puis les passants mordent
en toute indifférence

quoi rien ne reste de qui allait
sinon une ombre brisée nue.  assise


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :