nulle part — 68

pierre
cela sonne colère
dessous les noms
quoi passe
— une branche ploie craque
— le poids d’un oiseau
— le gel hache nocturne
le puits des sommeils

une larme brûle les yeux la joue
de qui disparaît chaque jour.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :