hs 188 (hs 187c)

ici stèles
sous les ciels les arbres
ont-ils murmure et
de quels souffles heurtés
les arbres

eux les plus vivants
viennent se tiennent-ils ici
à naître pour les pleurs
que le vent sèche

— la poussière de ce qui fut.

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :