hs 196

c’est jour en corps
— et le vent à ouvrir
chaque branche vers
sa livrée fin dernière

se peut-il qu’un feu
vienne se prendre ici
et brûler d’un instant
sans nom tout le lointain

la couleur rendue libre.  délivrée.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :