hs 220

les eaux trop claires
froides encore d’être
celles de la terre
vont rejoindre leurs sœurs célestes

oh les trop lumineuses
et leurs formes fuguées
légères dans les prés herbes
par quoi le jour se lève

le nuage prend couleur aux érables.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :