prendre un temps et garder trace (lecture en public fin août 2017)

lien vers .pdf

I.

Ce peu de choses
au gré des aubes
ici de toujours
comme_une orée

au point du jour
sans pourquoi les yeux
se sont ouverts
où vivre va

en soi faire accueil
à toute forme vive
serait-ce celle de la nuit
constellées de quels souffles

pour un temps
les fins se dérobent
aux franges du visible
on marche sur une rive

où les vagues au sable se mêlent
cela que taisent les mots
cela au plus précis
du geste qu’est toute parole vraie

de seuil en seuil on cherche
les figures que forme le monde
elles les éphémères
saisons d’être

II.

aux branches nues encore d’hiver
la ronce éclôt toute soudaine
ce feuillage pauvre suffit
pour qu’un regard se lève hors le rien

et cherche sans comprendre
les astres dessus la friche
hors de toute mesure
l’obscur déploie les possibles

vivre s’ouvre d’une branche
l’autre – un continu de couleurs
va peindre la toile des mondes
de vies et de matières toujours à venir

et de toujours changeantes – les eaux
des printemps plus fluides vibrent
au passage du vent ce creux plus calme
c’est l’image des ciels qui revient

ingénue – bleue d’été
et l’air se feuillette de papillons
– au secret des ombres sur la rive
la souche a repris son obscur oeuvrer

par quoi la cime se lève au risque du vent
roseau dessous les chants de la mésange
– delà le risque des orages
les fruits mûrissent rouges

la pluie d’été doucement vient faire luire
d’infimes et brèves efflorescences
auprès des blés d’avant moisson
– puis la terre sèche éprouvée

l’automne goutte à goutte glisse
au repos sous les brumes
– le gel vient roussir et faire brûler
la couleur des feuillages en feux derniers

au noir des racines la terre
renoue l’attente d’une roche mère
où reprendre pied comme tout s’endort
– on entend le silence que fait tomber la neige

III.

çà et là des lampes viennent trembler
si frêles que même la nuit renonce
à venir éteindre d’un trait ces riens
qui vacillent sous les arches – le vent

un fredon de voix lointaines
résonne dessous le porche
puis cesse comme tout s’éteint
— ce qui entre ici a l’Ouvert

pour offrande – au passeur le nom des horizons.

 



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :