h3s 213

cela de  ces riens des ciels brisés

dessous l’aube
la couleur rouge
des alisiers

et la lumière coupe

l’herbe folle ploie
un penser de vent
on où porte tout l’impensé
plume roseau l’éphémère

qui brûle jusqu’aux larmes

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :