h3s 414

cela un peu de nuit

la voie sous le pas manque
la terre souffle un manque et l’air manquent
on cherche dans le rêve
milles formes — la ville

qu’efface pour un temps

quelque brouillard plus dense
— ici toute parole
s’élève sur quoi fonde
doute que vienne l’aube

du monde
l’eau précaire des mondes

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :