h3s 446

au rien d’un hiver

l’odeur des sols meubles
d’où sourdent très humbles
quels autres bourgeons
quelles feuilles pousses neuves

le vent vient froisser

quelques feuilles sèches
cela danse un monde
entre ombre et lumière

l’eau dormante bleue


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :