h3s 447

ces feuilles sèches toutes

un geste très pur nu
la fin de la lumière
et perdre corps ici

au vent qui les emporte

quoi demeure des souffles
de toujours l’éphémère ce passage
trouve forme où renaître

loin déjà de la terre


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :