h3s 493

la lisière courbe
comble accueille

un mur sans regard
et derrière lui
des pierres pour stèles
dressées

cela qu’emplit l’aube

une nuit sans fin
mais nul ne revient
de la  ville loin

un feu de rien brûle
sans pourquoi

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :