h3s 508

cela de soi tremble

on dirait un ciel
et presque sa nuit
c’est encore un jour

un rien sous que le souffle vent

en vain une écume
ou un sable sec
là-bas ici ce rivage

infime fait vivre 
courbe
ploie sans venir rompre

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :