h3s 510

on a levé les yeux

mais devant soi plus rien
la nuit éblouie tonne
sous un silence épars

vers quel autre dehors

cela du corps attend
que tout cesse que tout
renaisse parmi l’ombre

qui n’est rien qu’ici même


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :