h3s 532

ce sont des soirs nus

au loin de la mémoire
la terre sèche craque
des mains portent sans fin

ceux que laisse ici

cela qui a vécu
on n’est plus qu’une écorce
dont le vent seul joue enfin

de soi disparaître


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :