h3s 590

soient ces ombres le pas

de qui ferme les yeux
et cela renouvelle réitère
le plus ancien du rêve

que le souffle des aubes

parmi les mondes passe
sans que rien nul ne l’arrête
et cela qui demeure

risque même pour rien se risque
s’élance


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :