h3s 599

ce n’est plus le loin l’aube

l’été épuise ce
que brûle toute ville
pierre à pierre cela

le jour trop chaud en ruine

quoi dire de la nuit
les yeux éblouis brûlent
quand on revoit le lieu

où surgit la trémière

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :