h3s 725

ces mots comme on tombe

dessous l’eau glacée le féroce
on ne peut rien dire
du froid de la faim

quel le lieu où tout

soudain de soi cessent
et l’espoir d’entendre
et le chant perdu
cessent dans nos mains

du jour est la nuit


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :