h3s 768

de ces pauvres images si pauvres

sous le vent la lumière
il n’en reste que riens
et ce qui fut s’estompe disparaît

on ne pourra qu’entendre

comme heurte l’absence
au cœur de qui vit là
serait-ce sa nuit même

cela — un disparaître

qu’un écho s’amenuise


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :