h3s 792

ici ce sont les ciels

on dirait la couleur
les heures toutes filent
au néant d’être là

on n’en reconnaît rien

et pourtant c’est bien nous
sous une averse brusque
qui allons passons formes vides

tant que le vent déconcerte envahit les soulève


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :