h3s 892

comme_un pas plus lent

que montre cette aube
sinon qu’on renoue
les fils du vivant

ici la voûte ouvre

un reflet plus vif
et tout l’incertain
qu’effrange la source
rêve près des sources
plain-chant des feuillages

la nuit et ses ombres


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :