h3s 929

quel un souffle repose

la cime des arbres
haut bruit un murmure
comme de paroles

ici tout auprès

parmi le quel silence
le fleuve abrupt va
où est l’estuaire

on laisse le  — quoi reprend à corps
que renoue le corps


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :