h3s.086

sans l’appel de l’aube

le vent pour soi seul
parcourt la nuit même
un souffle glacial
parcourt toute nuit

toujours incertain

on ne ressent rien
et cela dévore
le jour tout entier
le soir déjà tombe

on est comme rien


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :