h3s.124

on va parmi le froid

des branches brisées jonchent
çà et là les chemins
s’effacent sans un bruit

quand sa lumière brûle

l’air sec répercute un
bruit d’ailes sur l’eau vide
le gel sur la peau nue

on sait l’ici sans fin


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :