h3s.127

seul le vent pour aller

là-bas au seuil du souffle
le jour prend dans les branches
on entre plus avant

entendre quel plus loin

l’épaisseur des temps ouvre
la mémoire et l’oubli
et c’est le seul ici

qui claque aux volets clos


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :