h3s.145

l’hiver va sans pourquoi

et là-bas cet ajour
auprès de la lisière
attire en son creux même

les ciels toujours changeants

l’image et son abrupt
les songes qu’en miroir
la nue vient boire là

de jour en jour plus clairs


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :