h3s.162

et c’est la chaleur trop vive

et le vent quoi traverse ici
dehors des voix fusent sont
des rires criards

de presqu’un été

c’est sous un vent de sable
mais la lune attend
que le voile s’ouvre

sous dans les ciels blancs    vides


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :