h3s.165

ce reflet sur les eaux

quel sillage sans trace
comme en avant de soi
une forme sans nom

longtemps les yeux s’y brûlent

et puis la voix reprend
le lourd travail des jours
où delà la fatigue

— on a franchi le seuil


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :