h3s.166

ces feux loin devant soi

on peut croire toucher
là un monde et l’immense
que la lumière trace

un fil d’eau brûle et danse

et la demeure est d’ombres
et les mots vont se perdre
comme un bruit bas ici

bleu sans autre aucun repère


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :