h3s.181

on ajoute à la pierre

ce que dépose un fleuve
outre l’arrachement
la terre ces racines
cela où s’enracine

un bloc taillé brisé aigu

et les vivaces seules
mais d’où revenues neuves
pour saluer dans l’aube

ce lieu comme autre rive


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :