h3s.188

cela que le temps replie

on dirait de pures courbes
ce qu’est la ligne lisière
parmi les plus simples courbes
vient sourdre un rien la lumière prend

parfois a visage neuf

et pourtant le nom des peintres
reflue au loin des mémoires
on touche ici tous leurs songes

ces fleurs dans les clématites


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :