h3s.217

sans un souffle de vent

les feuillages muets
un son très doux reflue
dehors veille un en silence

un pas nu vient sans bruit

et les yeux s’ouvrent seuls
on ne connaît de soi
que cette ombre fugace

ce n’est rien que le jour


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :