h3s.254

ici de lentes vagues

on vient retrouver souffle
où toute route cesse
ce ne sont que des friches

hautes sous les soleils

les yeux se font plus clairs
d’aller parmi rien d’être
seuls — delà les lisières

sans bruit froissent les herbes


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :