h3s.280

tant qu’ici sont nos pas

pas même une poussière
laissée là sur les rives
le corps peu à peu quitte

quoi démesure l’heure
quoi mesure le temps

les tâches et les jours
le souffle revient comme
un autre que soi voit

depuis le pont de fer


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :