h3s.296

des mots que le vent mêle

un dire pour les pierres
les ronces recouvrent — on renonce
déjà l’ouvert d’écrire

il n’a que ce parler

et pour obole rien
pas même ce fruit pauvre
ni un voile de brumes

le toujours étranger


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :