h3s.327

cela à peine un sable

le vent des fins d’été
passe la main ici
sans propos le corps cela parle bouge

sous le pas des feuillages

on ne peut rien entendre
de quoi va à bruit bas
soit l’étoffe du monde
la langue l’étrangère

que renoue la mémoire


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :