h3s.362

de toutes ces heures rien

le pré brille sous la lune
de cela qui ne se peut
ni toucher ni jamais dire

ces gouttes de rosée seules

et puis plus loin sous les arbres
ailes inverses de ciels
de claires quelques gouttes de pluie claires
elles inversent des ciels

larmes que pleure l’aurore


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :