_ _51

tableau mais de quels mondes

le temps fore dedans
soi un obscur travail
la tâche toujours autre
comme vivre s’effile

le vent sourd est plus froid

çà et là la lumière
pâle et froide d’hiver
emmêle l’éclaircie
aux brouillards et aux gels

il est temps de partir


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :