h3s.380

la lumière sur les eaux

devant soi chante l’hiver
on sait cela qui fuit loin
et l’ombre dessous l’étrave

s’enroule toute au soleil

la barque de vivre va
un instant parmi le flot
filer le sillage nu

les yeux brûlent grands ouverts


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :