h3s.384

un dire sans visage

le regard sans personne
glisse à même le monde
nu– ce rien une ébauche

court parmi l’herbe folle

les vents jouent sur les eaux
et les bois brisés nets
que déplace l’hiver

la brume givre opaque

au loin un pas s’en va


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :