h3s.385

sans pourquoi ni nom être

ce chant — un merle proche
depuis le jardin d’ombres
— le jour à naître appelle
celui qui vient finir

où tous les corps s’inversent

sans jamais que les rives
ni le temps ne soient songes
autant que le faucon
haut vole dans les ciels

obscurs delà l’absence


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :